Ces sites touristiques et ces endroits interdits aux femmes

Aujourd’hui, plus que dans n’importe quelle période de l’histoire de l’homme, les possibilités de voyage n’ont jamais été aussi grandes. Les transporteurs sont de plus en plus nombreux, les prix ont considérablement baissé. De plus

Aujourd’hui, plus que dans n’importe quelle période de l’histoire de l’homme, les possibilités de voyage n’ont jamais été aussi grandes. Les transporteurs sont de plus en plus nombreux, les prix ont considérablement baissé. De plus en plus de pays se sont ouverts au tourisme et les moyens financiers de beaucoup plus de personnes leur permettent de partir au moins une fois par an.

Les sites touristiques et les femmes

Les voyages font désormais partie des projets d’un bon nombre de foyers chaque année. Et on voyage énormément aussi dans le cadre du travail. Bref, voyager est devenu une mode, une tendance mais aussi un besoin. Ce qui est malheureux, depuis de nombreuses années, il y a des destinations fermées à la gent féminine. Ces lieux se trouvent un peu partout dans le monde, là où les femmes n’ont pas droit de cité, là où elles n’ont aucune chance de pénétrer. C’est une situation injuste, révoltante mais c’est la triste réalité. En général, ces endroits sont des sanctuaires dédiés aux hommes. Cela signifie clairement que les femmes n’y sont pas les bienvenues, et ce n’est même pas la peine d’essayer, à coup de négociation ou de supplication. Rien n’y fera.

En Inde

Commençons par l’Inde où se trouvent 3 lieux interdits aux femmes. Le premier est le temple Jaïn. Celui-ci est situé à Ranakpur, une petite cité du Rajasthan. Pour précision, les femmes qui ont leurs règles n’ont pas le droit d’y pénétrer car ce phénomène naturel les rendrait impures. Donc, le fait d’y entrer, ce serait souiller ce lieu sacré. A éviter donc durant sa période menstruelle. Toujours en Inde, il y a aussi le temple Kartikeya situé à Pushkar. Il fut construit en hommage à Kartikeya et la légende veut que s’il prenait à une femme d’y entrer, la colère du dieu hindou s’abattrait sur-le-champ sur elle. Les véritables raisons de l’interdiction sont assez floues mais le fait est que pénétrer dans ce sanctuaire est interdit aux femmes et cette règle est en vigueur depuis des années. Un troisième lieu en Inde n’est pas accessible aux femmes, et il s’agit une fois de plus d’un temple, le temple Sabarimala. Lieu de pèlerinage d’importance et drainant des millions de Hindous chaque année, ce temple est pourtant fermé aux femmes. A noter que ce sont les femmes âgées entre 10 à 50 ans qui sont concernées. La raison en serait que Ayyapa, le dieu du temple, serait célibataire, aussi, la présence des femmes serait une source de distraction pour lui. Donc, les femmes n’y sont pas tolérées.

Au Japon et en Grèce

Les femmes qui passent un séjour au Japon ont le droit de circuler partout, dans tous les sites touristiques qu’elles souhaitent visiter et peuvent se balader dans les rues, dans les parcs et dans toutes les villes et les villages nippons. Sauf dans un seul endroit : le mont Omine. D’ailleurs, c’est écrit noir sur blanc sur un écriteau au pied de la montagne sacrée. Trois mots y sont inscrits : « Aucune femme admise. » Et pourtant, cette montagne a été classée au patrimoine mondial de l’UNESCO en 2004, ce qui a attisé les passions. En effet, certains ont considéré ce classement comme une acceptation de cette discrimination envers les femmes. A souligner que malgré que c soit tabou, des femmes ont eu l’audace de s’y rendre quand même. Cela en signe de protestation contre cette interdiction. Un autre mont, cette fois-ci en Grèce, ne tolère pas non plus la présence des femmes. Il s’agit du mont Athos. Ni le mont ni ses environs immédiats d’ailleurs sont encore, en cette année 2019, interdits à ces dames, au même titre que les animaux. Cette restriction serait due au fait que des milliers de moines y vivent et qu’ils ne doivent nullement être distraits par les femmes. La seule solution pour y pénétrer serait de se déguiser, ce que beaucoup ont fait avec succès.

En Iran, aux Comores, aux Etats-Unis

En Iran, ce ne sont pas des temples ou des montagnes sacrées qui sont interdites aux femmes, c’est un endroit aussi banal qu’un stade de football. En fait, les tribunes des stades ne sont tout simplement pas pour les femmes en Iran, et ce, quel que soit le sport. Selon les autorités locales, cette interdiction est en faveur des femmes car ce serait pour préserver leurs chastes oreilles des cris et des insultes sortant de la bouche des nobles hommes. Aux Comores, les plages d’Itsandra Mlimadji est réservée aux hommes, ce qui fait que le sable fin et les eaux cristallines ne sont pas accessibles aux dames. Selon les autorités, justement, la raison en est qu’il ne faut pas perturber la sérénité de ces messieurs. Et aux Etats-Unis, c’est le club de golf Burning Tree Club de Bethesda qui est l’exclusivité des hommes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

fr_FRFrench
fr_FRFrench